« L’Art de perdre » d’Alice Zeniter

zeniterPrix Goncourt des lycéens 2017. L’histoire pathétique d’une famille kabyle, sur trois générations, entre l’Algérie – et sa guerre – et la France. Le grand-père, Ali, est devenu harki sans vraiment l’avoir voulu. L’exil contraint en France. Le père, Hamid, définitivement traumatisé, se mure dans le silence. La fille, Naïma, apparemment intégrée, est rattrapée par l’Histoire avec les attentats de Paris. Une réflexion pertinente sur « l’art de perdre »… une identité, une culture, pour se créer soi-même et conquérir la liberté. Un très beau roman, intelligent, émouvant, qui transpire d’amour même si les protagonistes n’ont pas les mots pour l’exprimer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s