« Les Impatientes » de Djaïli Amadou Amal

La romancière, camerounaise musulmane, a été mariée deux fois de force avant de s’enfuir pour échapper aux violences conjugales. Elle s’inspire de sa vie en racontant le destin tragique de trois femmes en proie à la violence des pères, des oncles, des maris polygames aux épouses jalouses, trois femmes auxquelles la religion ne cesse de prêcher la « patience » : « au bout de la patience, il y a le ciel ». Le roman se fait témoignage accusateur, réquisitoire virulent, en peignant le calvaire de ces femmes du Sahel camerounais qui ne peuvent que se soumettre au joug avilissant des hommes, lesquels, au nom de la tradition religieuse, en font des esclaves. Un roman coup de poing. Prix Goncourt des lycéens 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s